jeudi 31 janvier 2013

Tiong Bahru ... Découverte de quartier et nouvelle amitié!

Ce soir, je suis épuisée, fatiguée, et avant de me remettre au travail à la recherche d'un emploi qui n'attend que moi (...), j'ai besoin de bloguer.
Bloguer, écrire, ça vous prend comme ça - là - et écrire c'est se libérer... 

En super efficace recherche d'emploi, je passe la majeure partie de mon temps à "networker" (réseauter en français dans le texte): tout contact est intéressant, et même mes cop's de Singapour ont droit à mes faveurs! (et puis ça détend!), et... le soir en rentrant, j'ai besoin de bloguer!

J'ai enchaîné des rencontres formidables, dont il faudra que je parle, mais aujourd'hui, je m'attacherais au lieu, n'ayant pas demandé à S. si elle apprécierait que je parle d'elle!
S. comme d'autres, c'est le genre de rencontres qui vous fait du bien... installée, de longue date sur Singapour, elle n'a pas le regard de l'expatriation temporaire et comme nous sommes potentiellement sur de la longue durée, inconsciemment, je pense que nous favorisons ce genre de rencontres à longue durée.
Quand on quitte son pays, son réseau d'amis, on s'aperçoit soudain qu'on lie très facilement amitié, surtout dans un pays constitué pour une grande partie d'immigrés. Un point commun, et au détour d'une bibliothèque on s'échange nos téléphones... C'est très agréable. Le corollaire, qui est aussi agréable, c'est que d'un côté ou de l'autre, on ne perd pas de temps à s'investir dans une relation amicale qui finalement ne mènera à rien. (ça arrive peu quand même)
Parallèlement, inconsciemment, on se lie d'amitié avec "nos pairs". Etant là à durée indéterminée, nous avons pour la plupart que des amis installés en longue durée également. S. en fait partie. J'ai aimé tout de suite sa simplicité (et bien d'autres choses mais tellement difficile à expliquer). Elle fait partie des personnes avec qui je me suis liée virtuellement avant de les rencontrer. 6 mois tout de même avant que nous arrivions à trouver une fenêtre de disponibilité pour chacune!
Welcome annonce la pancarte!

Rendez-vous été donné à Tiong Bahru, un quartier dont j'ai beaucoup entendu parlé, notamment à travers l'excellent article de Louis de Paris-Singapore (ici) qui vous racontera tout l'historique. Moi je vais rester en superficie...





Un papy se repose
Pendant que d'autres se retrouvent autour d'un café

Une enfilade sympathique

Nous étions en semaine, je suis arrivée avec Sacha, un peu en avance, et donc j'ai marché dans le quartier. J'ai adoré les vieux HDB qui me font penser à l'architecture de Le Corbusier. Que du low-rise (2-3 étages maximums), peu d'occidentaux contrairement à ce que je pensais. Un quartier bien local, avec un charme fou, car il sort vraiment de l'image "classique" de Singapour, et ce n'est pas le frémissement de Little India ou Chinatown, ni le côté bigarré du quartier arabe. Il faut s'échapper des rues principales, s'enfoncer dans les ruelles, rentrer dans les magasins, et surtout dans le Wet Market... Le marché de Tiong Bahru est apparemment très réputé pour avoir de bons produits, et en effet, d'un oeil novice, je me suis dit immédiatement qu'il me faudrait revenir. Il me faudra tester les fameux beignets à la farine de bananes dont L. m'a fait l'éloge! L'ambiance est vivante et sympathique, et j'y ai vu les plus beaux étals de fleurs... Ce n'est pas sur Thomson Road qu'il faut acheter des fleurs, c'est ici! Vous trouverez de magnifiques orchidées ( à 18$ soit moins de 12€).




Le clou, c'est Gontran Cherrier... Ce boulanger français a ouvert sa boulangerie à Tiong Bahru, et joue à fond sur le mix d'une culture française dans un quartier très singapourien. Vous trouverez ici les meilleures viennoiseries françaises, mais surtout, vous vous damnerez pour ses buns, et... prenez le temps de regarder ce qu'il propose et de sortir des sentiers battus en choisissant un chou à la crème de lime keffir... Un nouvel essai culinaire qu'il me faudra faire dans ma cuisine!





Des supers desserts!

C'est les buns noirs qui sont les plus réputés... (moins de 10$ le buns)


Tiong Bahru (prononcer barou), c'est fou!

****
Un autre article sur le sujet: ici (en anglais)
****

3 commentaires:

  1. Le Kouign-amann de Gontran est a essayer. A s'en pourlecher les babines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponse faite en salivant "Rhôôôô Oui!"

      Supprimer
  2. C'est à deux pas de chez moi...et c'est un vrai plaisir d'y aller. J'adore l'atmosphère de ce quartier...tellement paisible, un petit havre de paix à côté des rues bruyantes avoisinantes.
    Je confirme la qualité du Wet market où nous allons 2 fois par semaine. A découvrir aussi quelques book shops et magasins de déco sympas...des restos aussi...mais comme le quartier devient Bobo, les prix montent un peu trop.

    RépondreSupprimer